Chiang Mai « la rose du Nord »

Categories ASIE, Thaïlande

La ville de Chiang Mai est la troisième plus importante du pays. Son climat favorable, son centre historique entouré de remparts et canaux, ses nombreux cafés et restaurants en font une ville très agréable et facile. D’ailleurs elle devient la destination privilégiée de nombre d’expats qui lui préfèrent sa douceur de vivre à sa grande sœur, la trépidante Bangkok. Considérée comme la capitale culturelle de la Thaïlande, sa région montagneuse et sa jungle offre également de nombreuses possibilités d'excursions et d'activités sportives.

C'est justement ce qu'on compte faire, après avoir jeter un œil à quelques agences on choisit un trek multi-activités sur 2 jours. Le lendemain le tuk-tuk vient nous chercher à notre auberge et on fait la connaissance de nos compagnons pour les deux prochains jours : 1 française, 1 italien et 2 espagnols. La journée commence en douceur avec visite d'une serre d’orchidées et d’une ferme à papillons. On poursuit avec un tour à dos d'éléphant chacune à cru sur notre monture pour les emmener faire leur bain de boue. Celui de Virginie ne pense qu'à manger tandis que le mien est fan de douche…de boue : il trempe et retrempe sa trompe dans les flaques et s'en arrose, moi au passage, en quelques minutes je suis toute moucheté j'en ai pris pour tout le monde ! Heureusement on va ensuite prendre un bain dans la rivière pour rincer tout ça. C'est impressionnant d'être à pied (et pieds nus !) à côté de ces énormes pachydermes qui se prêtent au jeu et nous asperge là aussi allègrement.

On se change et en route pour 4h de marche, ça grimpe sec, on arrive tout juste au village avant que le soleil ne se couche. On s’installe dans la grande maison en bambou, on dine et on passe la soirée à refaire le monde au coin du feu sous le ciel incroyablement étoilé. Le lendemain, après un réveil matinal et un frugal petit déjeuner c’est reparti pour 3h de marche, on s’arrête en chemin à une cascade pas très impressionnante, puis on descend jusqu’à la rivière et on s’équipe pour faire 1h de rafting. Notre guide est un farceur on a plus l’impression de faire de l’auto-tamponneuse que du rafting, on fonce dans tous les rochers et pour s’en extirper on bascule le canot de gauche à droite comme des forcenés. On rigole bien, mais au bout d’une heure on a mal aux biceps, heureusement on arrive à destination  et c’est la pause déjeuner. En guise de balade digestive, Virginie et moi avons en plus opté pour l’option « zipline ». On file s’équiper de baudriers et casques et c'est parti pour un peu de voltige dans les arbres, au total nous enchaînerons une vingtaine de tyroliennes : sensations garanties ! On finit la journée par la visite rapide d’un village Karen, avant de rentrer sur Chiang Mai, épuisées par ces deux jours intenses.

Du coup, le lendemain on prend notre temps pour se balader tranquillement dans la vieille ville avec ces innombrables temples bouddhistes, ses ruelles secrètes et ses moines aux robes safranées. On flâne puis on rentre se préparer pour le réveillon : mascara et robe de « soirée » (version backpackeuse bien-sûr) ça ne nous était pas arrivé depuis des mois ! On se trouve un petit restaurant local dans l’effervescente Walking Street, mais le cœur de la fête si situe au Thapae Gate où tout le monde se rassemble pour le traditionnel lâcher de lanternes volantes. La coutume veut que l’on écrive ses vœux les plus chers sur une lanterne en papier avant de l’allumer et la lâcher pour qu’elle s’envole dans le ciel. Locaux et touristes participent à cette célébration qui dure toute la soirée.

Après avoir longtemps admirer ceux des autres s’envoler (ou parfois s’enflammer et retomber sur la foule), on file, avant que les douze coups de minuit ne sonnent, acheter notre énorme lampion sur les berges de la rivière Mae Nam Ping. Maintenant le challenge est de retourner au Thapae Gate sans le déchirer. Mission accomplie ! On se place dans un endroit dégagé sans arbre ni lampadaire, ce serait dommage de se rater. Maintenant il nous faut un briquet pour l'allumer…un local nous en dégotte un et nous aide à enflammer le brûleur. On s’applique à le tenir bien droit pour qu'il s'élève correctement, Virginie se concentre sur son vœu, moi j'oublie totalement d'en faire un tellement je suis transportée par la magie du moment. Tous ces gens de divers horizons laissant s'envoler (au sens propre !) leurs rêves dans les airs et se souhaitant la bonne année, sous des milliers de lanternes illuminant le ciel, ça me donne des frissons. Au bout de 2 minutes, le brûleur a rempli d’air chaud notre lampion et on sent une légère tension vers le haut il est tant de le lâcher…GO. Il s'envole, il monte vite et va rejoindre les milliers d'autres souhaits. On a le sourire jusqu'aux oreilles, c'est le plus beau et original nouvel an de ma vie, je l’avais mis dans ma wishlist de mon tour du monde et ça a été un moment plus merveilleux encore que ce que j’avais imaginé. 😊


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *